Banner_01.jpg

Facteur de maintenance

La baisse du flux lumineux due au vieillissement des sources lumineuses, à l’encrassement des luminaires, au jaunissement des diffuseurs, etc. doit être prise en compte lors du dimensionnement de l’installation d’éclairage (et ainsi également de la puissance de raccordement nécessaire).

 

On applique pour cela ce qu’on appelle un facteur de maintenance destiné à tenir compte de la réduction de performance pendant toute la durée de vie. Jusqu’à présent, ce facteur était généralement de 0.8 ou 0.67 dans la planification d’installations conventionnelles, suivant l’utilisation des locaux.

 

Le changement technologique a cependant relancé les discussions sur le facteur ‚correct‘. 

 

Les sources lumineuses conventionnelles sont remplacées après la fin de leur durée de vie. Tout au moins, la baisse de flux lumineux due à la source lumineuse est ainsi régulièrement compensée.

 

Dans le cas des luminaires LED à module incorporé en permanence, la performance lumineuse de la source diminue cependant continuellement pendant toute la durée de vie de l’installation d’éclairage.

 

En tenant compte du facteur de maintenance au moment de l’installation, le système est conçu pour un éclairement plus important que ce qui serait nécessaire pour répondre aux exigences effectives. Et la consommation d’énergie de l’éclairage est ainsi trop élevée au début.

 

Lors de la mise en service, le niveau d’éclairage doit donc être réglé par la commande conformément à la valeur de consigne. Autrement, du moins lors des premières années d’exploitation, une grande partie de l’augmentation d’efficience par rapport aux éclairages conventionnels serait à nouveau perdue. Pendant la durée de vie de l’installation, l’éclairement est alors contrôlé régulièrement et adapté si nécessaire aux exigences normatives.

Les cookies facilitent la mise à disposition de nos services. Lorsque vous faites appel à nos services, vous acceptez de fait les cookies que nous utilisons.